Garantir l’approvisionnement électrique à tous à tout moment – le défi du réseau électrique

En France, nous sommes de plus en plus dépendants de l’électricité avec toujours de nouveaux usages de consommation électrique. Le gestionnaire de réseau de transport d’électricité doit alors s’assurer de pouvoir mettre à disposition l’électricité à tous et à tout moment. Pour ce faire, il faut qu’en permanence la production d’électricité soit égale à la consommation électrique sur le territoire.

L’équilibre du réseau électrique pour l’approvisionnement d’électricité

Afin de garantir un approvisionnement en électricité à tout moment pour l’ensemble de la population sur le territoire national, le niveau de production et de consommation d’électricité doit être en permanence équilibré. Or, en France, en hiver par exemple notamment, on observe des phénomènes de pics de consommation expliqués par une hausse de la consommation électrique due à un événement comme une vague de froid ou encore à l’indisponibilité de centrales de production. Ces pointes de consommation peuvent donc avoir pour conséquence le déséquilibre du réseau électrique entre la production et la consommation. Un déséquilibre peut avoir pour incidence des coupures d’électricité et un blackout. Le réseau électrique ne peut donc pas prendre le risque de ces déséquilibres pour le territoire nationale. C’est pourquoi, en cas de pics de consommation, le réseau électrique peut mobiliser plusieurs solutions comme des dispositifs d’effacement de consommation électrique, le mécanisme d’interruptibilité ou encore faire appel aux écogestes des citoyens réduire leur consommation d’électricité.

A lire également : Où aller à Paris pour faire du shopping ?

Une période de vigilance de 2021 à 2024 pour l’approvisionnement

RTE (gestionnaire de réseau de transport d’électricité) a identifié une période de vigilance particulière jusqu’en 2024 sur la sécurité d’approvisionnement du réseau électrique. C’est pendant cette période notamment, que les dispositifs mobilisables par le réseau électrique, mentionnés au-dessus seront importants et à activer.

A plus long terme, grâce à plusieurs études, le réseau met en évidence 3 différentes périodes.

A découvrir également : Où aller dans les Alpes en hiver ?

Comme nous le disions au-dessus, jusqu’en 2024, une certaine vigilance est de rigueur en raison de marges faibles du côté de la production. En effet, à cause de la crise sanitaire, les travaux de maintenance des centrales nucléaires ont été décalés. La disponibilité du parc nucléaire est donc dégradée. A noter que le nucléaire est la source de production la plus utilisée en France pour fournir de l’électricité. Également, les marges faibles résultent des retards sur les moyens de production renouvelables ou encore du retard de l’EPR de Flamanville.

La seconde période peut être qualifiée comme une période de transition de 2024 à 2026. En effet, le réseau électrique pourra s’appuyer sur des marges plus importantes sans pour autant être confortables. Cette période de transition sera marquée par la mise en route de l’EPR de Flamanville, le développement des énergies renouvelables terrestres et des parcs offshores. Également le développement de l’effacement électrique ainsi que la croissance des interconnexions participent aussi à l’amélioration des marges et appuieront cette période de transition.

Enfin, la dernière période prévue par le réseau électrique évoque une forte amélioration. De 2026 à 2030, les marges et donc le niveau de sécurité d’approvisionnement électrique seront augmentés, ce qui entraînera un renforcement de la résilience du réseau électrique aux différents aléas.

Pour conclure, la mise à disposition de l’électricité à l’ensemble du territoire national et à tout moment est un défi de taille pour le réseau électrique. L’étude et la modélisation des différents scénarios sont essentiels pour prévoir les potentielles difficultés d’approvisionnement et les différents dispositifs à développer et à activer.

Show Buttons
Hide Buttons