Famille

Comment réconcilier un frère et une sœur ?

8 clés pour résoudre les conflits entre frères et sœurs

A voir aussi : Comment apprendre vite et bien une leçon ?

Lawrence Cohen écrit que les conflits entre frères et sœurs impliquent une tension émotionnelle, de sorte qu’il n’est pas évident de déterminer la meilleure façon de les résoudre (suis-je aimé ? Vraiment et inconditionnellement ? Ai-je été convoité ? Suis-je spécial ? Quel pouvoir ai-je ? Mes parents cesseront-ils de m’aimer s’ils aiment un autre enfant ? Puis-je plier le monde à ma volonté ? Pourquoi suis-je incapable de faire ce que fait mon frère ou ma sœur ? Pourquoi je n’aurais-je pas ce qu’il ou elle a ? …).

Beaucoup de parents imaginent qu’ils n’ont qu’un choix entre proposer une solution prête ou laisser leurs enfants faire face. Cependant, nous pouvons les aider autrement que de leur imposer nos idées. — Lawrence Cohen

A lire aussi : Est-il toujours juste d'obéir à la loi ?

Lawrence Cohen offre plusieurs avenues à cet effet :

1. Encouragez les enfants et inspirez leur confiance leurs compétences

Nous le savons tous : influencés par la frustration, les enfants ont souvent recours à des stratégies primitives (crier, écrire, mordre, pleurnicher…). Les ordonner de s’occuper d’eux-mêmes avant de tourner les talons ne semble pas être honnêtement approprié… d’un autre côté, interférer trop rapidement ne développe pas un sens des responsabilités ou de l’éthique (ce que nous voulons transmettre aux enfants : apprendre à trouver des solutions non violentes parce que c’est la bonne chose à faire au lieu d’utiliser des stratégies extérieures sans comprendre leur portée éthique et chercher un moyen de ne pas se faire prendre la prochaine fois ?).

Nous sommes laissés comme alternative pour souligner que nous sommes convaincus qu’ils trouveront une solution qui convient à tout le monde. Alors qu’ils pensent que nous serons laissés avec eux pour les encourager et les empêcher de venir entre leurs mains sous un coup de frustration.

2. Encourager les enfants sans marcher sur les lits nécessite un équilibre délicat

Poser des questions sur l’intelligence et la créativité des enfants est toujours plus efficace que de trouver des solutions pour eux :

  • Je suis sûr que tu finiras par résoudre le problème. Quelqu’un a une idée ?
  • Je ne sais pas exactement quoi faire, mais je pense qu’il y a une solution. Pensez-y.
  • Comment vas-tu ne laisser personne en dehors du chemin ?
  • Je suis sûr que vous trouverez un moyen de continuer à jouer non-violent.
  • Ce n’est pas juste. Tout le monde se bat pour aller en premier et personne n’a l’occasion de jouer. Comment fait-on pour que tout le monde ait le droit à son tour ?
  • Votre frère/soeur/amie est vraiment bouleversée. Qu’est-ce que vous comptez pour vous sentir mieux ?

Dans ces questions, des solutions peuvent être proposées sans les imposer (ne laissant personne en dehors du chemin, assurer la sécurité de tous…). Inviter les enfants à trouver des solutions est efficace tant qu’ils peuvent compter sur notre soutien et notre présence sans pression. les solutions sont généralement plus créatives, leurs excuses plus sincères et leurs compromis plus facilement acceptables pour tout le monde.

3. Enfants fondateurs avec sentiment

Il y a des moments où il y a de la délicatesse et de la commodité. Il nous appartient de ne pas abandonner nos mains et de témoigner à nos enfants de notre attachement jusqu’à ce qu’ils soient persuadés.

Lawrence Cohen écrit à juste titre que le problème, c’est qu’un enfant qui nous a tenus ou qui a créé des difficultés ne nous donne pas envie de l’aimer. Par conséquent, les enfants ont peur tant que l’amour vient à les manquer… les conduisant à adopter des stratégies inappropriées pour prêter attention et venir « chiper » attachement à d’autres objets de notre attention (frère, sœur…).

Lawrence Cohen se concentre également sur les garçons : il croit que les garçons ont moins d’occasions de montrer leur tendresse. Parce qu’ils ne peuvent pas serrer leurs camarades contre eux, tenir la main ou leur dire qu’ils les aiment sans taquiner, humilier ou écrire, puis ils adoptent des stratégies inappropriées : ils s’attaquent mutuellement, s’insultent… Ils expriment à la fois attachement et hostilité : ils remplissent les chars des deux, mais les renversent en même temps !

4. Protéger

Les enfants doivent savoir que leur liberté ne leur permet pas de nuire aux autres. — Lawrence Cohen

Tant que les enfants sont incapables de les garder à l’abri du danger, c’est à nous de veiller à ce que personne ne soit violent ou ne les laisse sur le chemin.

Une protection appropriée sans intrusion excessive ne fait pas que prévenir les enfants de blessures graves leur donne un sentiment de sécurité. Un enfant qui estime qu’il n’a rien à craindre de ses pairs s’entendra mieux avec eux et jouera plus librement et joyeusement. – Lawrence Cohen

Faire l’étape vers l’arrière

Parfois, nous avons tendance à se perdre dans les détails (qui a fait quoi ? à qui ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? qui devra payer ?). Un petit pas en arrière vous permet de résumer objectivement et calmement la position de chacun (exemple : « Vous voulez une pelle parce qu’elle vous appartient ; il la veut parce qu’il n’a pas eu l’occasion de jouer avec elle. »).

Parfois (pas toujours !) , la description, l’écoute et la reformulation suffisent pour résoudre le conflit. Lorsque ce n’est pas le cas, vous pouvez toujours revenir au point 2 : « Vous voulez jouer à Lego et vous voulez jouer au football. Qu’est-ce que tu vas faire ? »

6. Focus sur les solutions gagnant-gagnant

Même s’il n’est pas toujours possible de parvenir à une solution de victoire à chaque fois, cela doit rester notre objectif. — Lawrence Cohen

Thomas Gordon, psychologue spécialisé dans la communication parent/enfant, propose une méthode en 6 étapes sans Perdre :

  • Étape 1 : Identifier et définir le conflit
  • Étape 2 : Liste des solutions possibles
  • Étape 3 : Évaluation de ces solutions
  • Quatrième étape : choisir la solution la plus acceptable
  • Étape 5 : Établir des moyens de mettre en œuvre la décision
  • Étape 6 : Modifier et réévaluer la décision

Écoute active et nouvelles Je suis le meilleur soutien pour la résistance des enfants à la recherche d’une solution sans perdant.

Si aucune solution n’est trouvée, il vaut mieux persévérer que d’imposer une décision unilatéralement :

  • continuer à parler,
  • revenez à la deuxième étape et trouvez d’autres solutions possibles. « Sommes-nous parcourus toutes les solutions possibles ? « ,
  • suspendre la session et reprendre la nouvelle conversation plus tard,
  • rechercher d’autres problèmes cachés qui rendent impossible de trouver une solution.

Si les contrats ne sont pas respectés, il sera nécessaire de faire face à l’enfant avec le non – respect des messages ET sans menaces ni jugement. « Je suis déçu de voir que vous n’avez pas rempli la tâche que vous avez promis de faire. » Selon la réaction de l’enfant, plusieurs scénarios sont possibles :

— repenser le problème et revenir à la recherche de solutions plus efficaces

— offrir pour aider votre enfant à se souvenir de ses engagements (horloge ? Un message dans la cuisine ? affiche dans votre chambre ?)

— confirmer les besoins à travers les messages I (« Je suis à la fin. Avec votre mère ou votre père, nous soulevons un problème qui nous concerne, et vous vous en sortez. Je ne pense pas que tu sois attentif à nos besoins. Je n’aime pas ça et je le trouve inacceptable. Nous voulons régler ce problème immédiatement. Nous ne voulons pas que vous perdiez, mais nous ne perdrons pas pour vous laisser gagner. Je pense que nous pouvons trouver une solution qui nous permettra de gagner, mais nous ne pouvons pas le faire si nous ne le faisons pas Vous allez et vous ne vous asseyez pas à table avec nous. Souhaitez-vous revenir à la table afin que nous puissions trouver une bonne solution ? « )

Intégrer une dose d’émotions positives et de

jeux Lawrence Cohen se spécialise dans la parentalité ludique et croit au pouvoir du jeu pour désamorcer les situations de conflit. Il offre de nombreuses façons de résoudre les différends entre frères et sœurs du point de vue de l’émotion positive pour remplir le réservoir d’attachement au lieu d’élargir le fossé qui menace cette relation :

  • attraper le jouet que le frère ou la sœur se disputent avant de fuir,
  • combat de duffle (ou tout jeu),
  • commenter comme un journaliste sportif conflits qui animent les enfants en prenant un ton exagéré et en adoptant une attitude horrible (exemple : « génial ! Il a dit que tu avais pris son crayon rouge ! Et elle dit que tu ne l’as pas utilisé et qu’elle en avait besoin ! Il dit qu’il avait l’intention de l’utiliser et que c’est le sien ! « ),
  • jouer « idiot.e village » (par exemple, si deux enfants discutent des dernières gouttes de jus d’orange de brique, disons : « Je suis d’accord ou versez le reste du jus sur ma tête ! « ),
  • rôles inversés (« buuuh, vous aimez le chien plus que moi ! » , « Je devrais me couper en deux pour que chacun d’entre vous ait une partie maman… ah mais le problème : vous aviez toujours du mal : vous aviez un foie et j’avais une rate, et je voulais un foie ! « ).

8. Renoncer à l’égalité parfaite

Il s’agit de donner à chacun selon ses besoins, sans chercher l’impartialité à tout prix. La recherche d’une égalité parfaite n’apporte rien d’autre que des déceptions. — Lawrence Cohen

Fragment de stores et de rivalité entre frères et sœurs — Comment surmonter les conflits entre Faber et les enfants de Mazlish

Si ces approches semblent trop longues ou ne suffisent pas à « discipliner », Lawrence Cohen nous invite à calculer le temps que nous passons à châtier, à crier et à nous lever pour le sacrifier en jeux (en amont pour remplir le réservoir de chaque frère, en période de conflit et en aval). D’autre part, la pensée en termes de relations et de besoins nous permet de comprendre tous les enjeux et les avantages de cette approche amusante : les enfants ne luttent pas pour rendre leurs parents fous. Nous avons toujours de bonnes raisons d’agir comme nous le faisons : chacune de nos actions est conçue pour répondre à l’un de nos besoins fondamentaux, mais les stratégies que nous adoptons ne sont pas toujours les bonnes. Est-ce que les enfants se disputent probablement essayer de dire qu’ils ont besoin de plus d’attention ? assurez-vous qu’ils sont aimés seulement et inconditionnellement ? Peut-être que le plus jeune est frustré de tomber là où vont les aînés ? A moins que l’aîné craint que le plus jeune ne le rattrape et que nous ne nous intéressons moins à lui ?

Source : Qui veut jouer avec moi ? : jouer pour mieux communiquer avec nos enfants Lawrence Cohen (éditions Poche Marabout). Disponible dans une bibliothèque multimédia, une librairie ou sur Internet.

Ordre Qui veut jouer avec moi ? sur Amazon ou Surdecitre.