Comment faire pour ne plus avoir de règles ?

Avec certains contraceptifs, la menstruation n’est plus possible. Il peut être souffert ou choisi. Dans mon cas, c’était un choix conscient que je ne regrette pas le moins dans le monde. Aujourd’hui, j’explique pourquoi j’ai choisi de ne plus avoir de règles.

A lire en complément : Comment retrouver son ventre après grossesse ?

En 2017, beaucoup a été dit sur la menstruation. Plusieurs œuvres sont sortis pour éliminer les tabous qui les entourent. Et du côté de la presse, je n’ai jamais vu autant d’articles sur le sujet. Le grand débat (saignant) de 2017 a été le congé menstruel, qui existe dans plusieurs pays, par exemple au Japon, en Indonésie et en Corée du Sud. Cette discussion, qui parfois ne volait pas haut, avait au moins l’avantage d’éjecter la douleur de la menstruation. Comme preuve de cet effet de propagation, le flux de ce sujet a été d’inonder l’équipe, qui a publié dans son supplément du sondage du 18 février 2017 sur le sujet des règles dans le sport. Les émissions radiophoniques ont également repris le sujet depuis trop longtemps dans l’ombre. J’ai vraiment le sentiment que depuis quelques mois les langues ont été déliées et que le tabou a diminué (quoique très lentement).

Personnel j’ai lu Ceci est mon chanté Élise Thiébaud, Taboo Blood de Camille Emmanuelle et Grand Mystère des principes de Jack Parker. J’ai aussi vu le spectacle Chattologie, de Klaire do grr. Oui, je suis obsédée. Quand je suis intéressé par un sujet, je veux souvent le lire et approfondir un peu plus loin. Après que la fille m’ait prêté ce premier livre, je n’ai pas hésité à acheter le second et à demander un troisième pour mon anniversaire.

A lire en complément : Quel tapis de course ProForm choisir ?

Les règles, à la maison, ce n’est pas un grand tabou. J’ai discerné ma tasse dans la cuisine familiale et discuté des avantages et des inconvénients de cet appareil avec mon cousin, devant mon frère, intéressé. La fille m’a donné des serviettes lavables. Cependant, malgré cela détendu, toujours J’emmenais ma sécurité hygiénique aux toilettes avec la plus grande discrétion, d’une manière plutôt scandaleuse. Ce paradoxe me fait penser que je ne suis peut-être pas aussi détendu que celui-ci sur cette question. Mais j’essaie. Je voulais creuser un peu plus et savoir comment, socialement et globalement (en dehors de mon petit univers privilégié), les règles étaient perçues. Grâce à ces emplois, j’ai appris beaucoup de choses. Cela m’a également donné l’occasion de discuter de ce sujet sous un nouveau jour avec les filles.

Il y a aussi eu un nombre croissant de choix de conservation ces dernières années. Laver les serviettes reviennent, couper la menstruation devient populaire, et les sous-vêtements pour la menstruation me donne presque envie d’avoir mes règles. (J’ai dit presque.)

Même si tout est loin d’être parfait (parlons de mauvaise gestion de la douleur, de leur considération ou du prix de certaines protections d’hygiène), lignes lentement commencer à bouger, et les règles qui prennent leur place : celui qu’ils ont été refusés depuis si longtemps.

Dans ce contexte plus favorable (enfin !) , il y a une situation qui, cependant, n’est pas discutée : le choix de ne pas avoir vos règles. Peut-être parce que ce choix semble s’opposer au désir de clarifier que les règles ne sont ni sales ni honteuses. Sinon, pourquoi voulez-vous vous en débarrasser ? Pour moi, il s’agit plutôt de déacraliser les règles. De là, libre pour chaque personne de faire ce qu’elle veut.

Certains contraceptifs hormonaux suppriment les règles : c’est l’aménorrhée, l’un des effets secondaires qui sont écrits sur les avis. J’ai pensé que cet effet est indésirable pour beaucoup de gens, pour plusieurs raisons (y compris, selon mes copines et Internet : « Je ne sais pas si je suis enceinte », « Je me sens moins d’une femme », « J’ai besoin de savoir que tout va bien et être rythmique », « C’est naturel »…). Pour moi, au contraire, c’était l’effet désiré.

Cela fait dix ans que je (presque) n’ai plus mes règles. Et je suis ravie. Mes règles étaient régulières, indolores. Rien de contraignant, alors. Environ quatre ans après mes premières règles, j’ai pris une pilule. Ma (fausse) menstruation est restée régulière et pas douloureuse. Et ils n’étaient pas un obstacle à ma vie sexuelle. Je l’ai fait, a priori, il n’y a aucune raison de ne plus vouloir avoir de règles. Ils m’ont jonché. Quand j’ai découvert que je pouvais m’en débarrasser sans changer mon mode de vie, mais juste prendre une autre pilule (avec 28 pilules dans chaque paquet et pas de pause entre les plaquettes), bien sûr j’ai profité de l’occasion. C’était en 2007.

En dix ans, j’ai appris beaucoup d’autres choses et j’ai beaucoup pensé, en particulier sur la contraception et les hormones, et donc nécessairement contraception hormonale, que j’ai choisie quand j’étais encore adolescente. Même si aujourd’hui j’ai décidé de rester à mon choix initial, j’ai eu l’occasion de l’interviewer plusieurs fois au cours des dernières années. D’une part, en 2013 il me semble, voyant que j’ai parfois oublié la pilule, je suis passé à un implant contraceptif hormonal. Avantage principal : Plus besoin d’être pensé à ce sujet ! Le principal inconvénient : après quelques mois, j’ai eu une période à tout moment et un peu trop longtemps. Je me suis laissé un peu de temps pour bien analyser la situation. Et j’ai fait un choix conscient : pour ne pas avoir à penser à ma contraception, j’ai préféré le confort de ne pas avoir de règles. J’ai donc continué à retourner à ma pilule continuellement. D’autre part, depuis 2014, bon nombre de mes copines ont arrêté la contraception hormonale pour de très bonnes raisons : l’effet sur leur corps (gain de poids, perte de libido et surtout à court ou moyen terme menaces pour leur santé), ainsi que l’impact sur la planète (pollution de l’eau…). Et récemment, j’ai lu que j’arrêtais une pilule Sabrina Debusquat qui m’a fait me poser des questions (mais l’auteur semble néanmoins avoir un parti pris contre la pilule et cite des sources douteuses et des recherches). Pendant plusieurs années, je m’ai interrogé sur mon choix de contraception et sur mon choix de l’aménorrhée. Mais pas pour me remettre dessus.

Les raisons qui m’ont incité à choisir de ne plus avoir mes règles restent pertinentes :

Parce que c’est super confortable. Parce que je n’ai pas besoin d’avoir une période pour me sentir bien, ou « sentir une femme ». Parce que je n’aime pas mettre quelque chose dans mon vagin (tampons, tasses et éponges ne sont pas pour moi). Parce que je n’aime pas le sentiment de couler du sang (les serviettes ne me convainquent pas non plus). Parce que je n’aime pas du tout le sang. Parce que les règles, même si elles ne sont pas sales, ils peuvent encore causer des taches. Parce que c’est économique. Parce que je me sens plus lent sans règles.

Avec le temps et un petit pas en arrière, j’ai pu avoir un aperçu des conséquences de ce choix sur ma vie quotidienne. Comme je n’ai pas de période (ou très rarement), je n’ai plus besoin d’acheter des protections sanitaires ou d’anticiper leur arrivée pour être sûr de ne pas les avoir à des moments où cela serait particulièrement gênant (par exemple, sur mon trek au Kirghizistan). Et je ne tacherai plus de vêtements.

Au-delà de ces aspects plutôt pratiques, ce choix me donne un certain contrôle sur mon corps. J’ai décidé de ne plus subir de menstruations. C’est quelque chose dont je n’ai pas besoin personnellement, donc je préfère m’en passer parce que j’en ai l’occasion. Au quotidien, ce choix m’a libéré de ce qui était une limitation pour moi et ce faisant, je me sens libre.

Accepter les règles, en parler, les désacraliser, ne les cacher pas, en faire un sujet comme un autre, étant donné les douleurs associées… oui, bien sûr, je suis mille fois en faveur. N’oubliez pas que vous pouvez faire un choix de ne pas avoir vos règles. Parce qu’exactement, il n’y a rien de sacré là-dedans.

Mon corps, mes choix.

Et si vous ne voulez plus avoir de règles

Vous devez prendre une contraception hormonale. C’est inévitable. Par conséquent, vous devez toujours considérer et penser à ce choix pendant longtemps. Aucune contraception ne provoque les mêmes effets chez tout le monde. Il ne s’agit en aucun cas de pousser certains dans leur décision, mais si vous voulez le faire, sachez qu’il y a plusieurs façons. Il y a des pilules à prendre en continu, et pour d’autres contraceptifs hormonaux tels que les correctifs ou anneaux vaginaux, il est possible de les utiliser en continu. C’est de toute façon ce que disent de nombreux articles, mais n’hésitez pas à en parler avec un professionnel de santé de confiance qui sera en mesure d’expliquer leur utilisation en détail. Un implant contraceptif peut également avoir un tel effet (même si ce n’était pas pour moi), ainsi qu’un DIU intra-utérin hormonal. Quoi que vous décidiez, il est préférable de parler à votre médecin, gynécologue ou sage-femme.

Photo : illustration faite spécifiquement pour l’autre côté. ©Anaëllevillard

Show Buttons
Hide Buttons